Blondie Maxwell ne perd jamais (Long-Métrage)

Projets en développement

Des passagers coincés dans un TGV en panne, un 24 décembre, quelques heures avant le début d’un réveillon qu’ils sont manifestement condamnés à rater. Un personnel de bord qui a disparu et des voyageurs qui n’ont pour seule information qu’une annonce préenregistrée de la SNCF qui passe en boucle. Quelques uns d’entres eux se retrouvent dans le wagon bar. La situation se tend au fur et à mesure que les heures passent, chacun réagissant différemment en fonction du sens qu’il donne aux fêtes de noël, à la famille et à la vie en général. Au milieu de ce tumulte, un amour de jeunesse se retrouve par hasard. Ce réveillon s’annonce intense…

A bord d’un vaisseau cargo fragile et exigu, une centaines d’hommes et de femmes se lancent dans la grande traversée vers un autre système solaire, sous le commandement d’un capitaine tyrannique. Arcadius, jeune mécanicien de basse condition, va gravir les échelons pour accéder au sacro-saint poste de pilotage. Le voyage sera long et périlleux, entre les attaques de pirate, les avaries, et le risque permanent de mutinerie.

Les temps ont changé.
Oubliez le grand-père débonnaire des pubs Coca-Cola. L’ami des enfants. Cet inconnu qui était un peu comme un membre de la famille.
Pour survivre face à des enfants de plus en plus exigeants, le Père Noël est devenu un homme d’affaires impitoyable. Un patron tyrannique qui exploite ses lutins et ne tolère pas la moindre erreur. Un business-man aigri qui a oublié l’esprit de Noël et ne songe
qu’à satisfaire ses actionnaires -des fabricants de jouets qui lui disent quoi livrer pour créer les tendances de demain.

C’est la rentrée des classes sur i-84, une île où l’on passe tous les ans de 1984 à… 1984 !
La population est heureuse de vivre en 1984, portant casquettes fluo à l’envers, bretelles et joggings à bandes. Elle vit dans l’ignorance totale du monde extérieur sous l’égide du grand chef Sidney qui veille et dispense ses bons conseils à travers la seule chaîne TV de l’île : Sidney TV.
Et peu importent les radotages des anciens, parlant d’une hypothétique année 1983 qui aurait existé dans leur jeunesse…

Showreel

Court-métrages

La porte dérobée (2018)

Réalisé par Julien Ivanowich
Ecrit et réalisé en 72h dans le cadre du défi Four Point Film Project
Prix du 3e meilleur film (2nd runner up)
Genre imposé : Fantastique
Phrase imposée : « Monte le son »
Accessoire imposé : Bonbons à la menthe
Personnage imposé : Lars Lessard, serrurier

Va crever (2018)

Réalisé par Julien Ivanowich
Ecrit et réalisé en moins de 24h dans le cadre du défi 24h du Kino Kabaret International de Bordeaux
Décor imposé : La cour d’honneur de la faculté de Bordeaux

Victoire (2016)

Réalisé par Julien Ivanowich
Ecrit et réalisé en 48h dans le cadre du 48FilmProject Los Angeles
Sélectionné dans les 10 films finalistes et nommé dans 6 catégories (Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur Image, Meilleure actrice, Meilleure second rôle féminin et meilleure musique)
2 prix décroché : Meilleure second rôle féminin (Julia Robert), Meilleure Musique

Le cri des oies sauvages (2018)

Réalisé par Julien Ivanowich
Ecrit et réalisé en 48h dans le cadre du défi 48hourfilm Project
Genre imposé : Film de femmes
Phrase imposée : « Tout s’achète »
Accessoire imposé : Un sac
Personnage imposé : Gerald Santin, joggeur

Pot de départ (2017)

Réalisé par Julien Ivanowich
Dans le cadre de la Kino Session de Février 2017
Thème Imposé : Raclette / Vegan

Douce Nuit (2015)

Réalisé par Emmanuel Delabaere
16 sélections en festival – Best Christmas Short
mot de passe : 3615PereNoel

Films Institutionnels

Instants pédagogiques au château d’Oiron

Réalisé par Julien Ivanowich pour Carnages

Drawing Now – Interview de Massinissa Selmani au Château d’Oiron

Réalisé par Julien Ivanowich pour Carnages

Film souvenir Prix Varenne 2018

Réalisé par Julien Ivanowich pour Carnages